Balade Nocturne

 

Voilà mon article de participation au Festival de La Cavalcade des Blogs. Il s’agit d’un évènement qui a lieu chaque mois et qui rassemble les blogueurs autour d’un thème, ici toujours en rapport avec l’univers des équidés. Ce mois-ci, c’est Cheval-facile qui lance la première édition du festival.

 

Le thème de ce mois de décembre 2013 est « Votre meilleur souvenir avec les équidés ».

 

 

Balade Nocturne

Je me souviens d’un moment particulier. A la fin de l’été.

Avec Kalinka j’ai envie d’aventure. Envie que l’on avance ensemble. Et pour la première fois ce jour là, j’ai eu le sentiment de marcher main dans la main avec elle. Un instant que je n’oublierai jamais.

L’été touche doucement à sa fin. Il doit être aux alentours de vingt heures, le soleil décline. Nous sommes prêtes à partir. J’ai à peine le temps de m’installer sur son dos que Madame se met en marche en direction de la forêt. Elle a l’air d’apprécier la nouveauté, ça s’annonce bien.

On part avec un joli couché de soleil. Mais rapidement, quand on s’enfonce dans la forêt, la pénombre s’installe tout autour de nous. Il fait sombre et la forêt dense ne nous permet pas d’y voir grand chose.  Ma vue a beau s’être habituée à l’obscurité, je peine à voir rien que les arbres autour de nous.

J’ignore à quel point Kalinka distingue les choses, mais je m’en réfère complètement à elle. Je ne vois pas ce qui se trouve sur le chemin, alors je préfère lui faire confiance plutôt que de risquer de l’emmener dans le décor. Une confiance aveugle, c’est le cas de le dire.

Je suis une vraie trouillarde dans le noir, et là, je n’ai d’autre choix que de faire confiance à ma jument.  Je pensais que ça relèverai du défi pour moi. Le noir, ne pas savoir ce qui m’entoure. Mais à ma grande surprise, Kalinka, qui pourtant ne pouvait pas grand chose pour me protéger, m’apporte la sécurité dont j’ai besoin pour m’apaiser dans un environnement que je crains.

Malgré cela, j’ai besoin de garder un minimum de contrôle pour me rassurer. Et Kalinka semble l’avoir compris. Elle qui d’habitude n’en fait qu’à sa tête et qui veut aller à droite quand je veux nous emmener à gauche. Là, quand je prends mes rênes, je la sens de suite à l’écoute, et docilement, va là où je le lui demande. A son tour elle semble me faire confiance, alors qu’elle doit bien sentir que je ne vois quasiment pas où l’on va.

Je connais bien le circuit dans la forêt. Du coup, je sais à chaque instant où l’on se trouve même si je vois à peine plus loin que le bout de mon nez. Heureusement, sinon je crois bien que je ne serais pas tranquille.

Au moment où l’on arrive à ce que je sais être une longue ligne droite sans embûche, mais dont je ne vois que les deux premiers mètres devant nous, je ressens le besoin de savoir jusqu’à quel point on se fait confiance l’une et l’autre.

Je lui demande alors de galoper. Elle semble hésitante au début. Moi aussi. Mais je me détends et Kalinka prend de l’assurance. Ainsi on s’installe dans un galop très tranquille et régulier, et on s’enfonce dans ce chemin envahi par l’obscurité et qui m’apparaît sans fin. Le temps semble s’être arrêté, et ce galop paraît interminable.

C’est tellement étrange de ne pas voir ce qui arrive devant moi alors que mon cheval file au galop dans le noir complet, et en même temps je comprends que je fais face à ma peur du noir. Mais ce lâcher-prise dont je fais preuve parce que je fais entièrement confiance à Kalinka me fait un bien fou.

Au bout du chemin, je me sens juste… bien. C’est apaisée et libérée de toute appréhension que je me laisse enfin porter par le pas tranquille et assuré de Kalinka, qui connaît par coeur le chemin du retour. Je lâche mes rênes. Quasiment privée de la vue, je me concentre sur les autres sens. Je prends alors conscience du silence dans lequel nous sommes plongées toutes les deux. Et à part le léger bruit sourd des pieds nus de Kalinka sur la terre battue, je ne nous entends même pas respirer, tellement nous sommes sereines l’une et l’autre.

Je me focalise ensuite sur mes sensations. Je sens la fraîcheur de la nuit m’envelopper petit à petit. Je suis doucement bercée par l’allure régulière de ma monture. Je parviens même à distinguer quel pied elle avance et pose. Le sentiment de ne faire plus qu’un avec elle. Retrouver ces sensations oubliées m’émerveille.

On sort enfin de la forêt. C’est à peine si on y voit mieux.

Alors que je croyais que cette superbe expérience touchait à sa fin, j’ai encore eu le droit à une belle preuve de confiance de la part Kalinka. Je l’amène sur le bas côté, là où se trouve normalement un petit chemin dans une prairie. Est-ce qu’on y est, je n’en sais rien. Mais Kalinka accepte d’y aller, ce qui n’est pas dans son habitude puisqu’on est sur le retour et que Madame est toujours pressée de rentrer.

On se dirige vers le fond de la prairie. Et là où elle ne me laisse jamais les commandes, pour mon plus grand plaisir, elle me laisse manœuvrer tout en légèreté et sans résistance afin que l’on fasse demi-tour. Et c’est parti pour un dernier galop. Je l’arrête en arrivant au chemin. Me voilà avec un grand sourire.

Ca paraît pas grand chose, mais à mes yeux c’est une vraie marque de confiance venant de Kalinka. Elle qui d’habitude préfère évoluer de son côté, m’a accordé un réel moment de partage ce soir. Pour la première fois je nous sentais sur la même longueur d’onde. La sensation d’avoir dialogué avec elle, certes pas verbalement, mais un dialogue quand même, quand d’ordinaire elle est dans son monde. Là, elle a été pleinement avec moi. Une sensation absolument merveilleuse que d’être en harmonie avec son cheval.

L’obscurité m’a permit de me concentrer complètement sur mes ressentis et sensations. Ce sont du coup les seules choses dont je me souviens aujourd’hui, étant donné qu’il n’y avait pas grand chose à voir. Tous mes souvenirs ne sont que sensations et sonorités.

C’est ce que je garde en mémoire de cette nuit particulière. Une expérience formidable, qui a renforcé notre confiance mutuelle avec Kalinka, parce que comprenant mes craintes, elle et moi avons fait front ensemble contre l’obscurité en faisant preuve d’un abandon réciproque l’une pour l’autre.

Et de voir à quel point nous sommes devenues complices toutes les deux, j’en ai le coeur qui gonfle de bonheur. Un bonheur sur lequel je ne pourrai poser aucun mot.

Merci Kalinka.

14 commentaires ont été rédigés, ajoutez le vôtre.

*

CommentLuv badge

  1. ah les balades nocturnes !! Yess !! je me rappelle de celles que nous faisions avec mon meilleur ami, les nuits de pleine lune ! De beaux moment ou effectivement le ressenti et les sensations l’emporte !
    Ton histoire m’a permise de me replonger aussi dans mes souvenirs 😉

    Publié le 24 novembre 2013 à 19:12
    • Amaya

      Oooh, les nuits de pleines, ça doit être chouette !! On doit y voir bien mieux ;P.

      Publié le 25 novembre 2013 à 10:09
  2. Très sympa cet écrit. On ressent cette complicité dont tu parles. Ça fait du bien c’est clair, quand on ressent que notre dada à confiance en nous…

    Publié le 25 novembre 2013 à 09:36
    • Amaya

      Merci Meline :).

      En effet, ça fait un bien fou de sentir que notre cheval nous fait confiance !

      Publié le 25 novembre 2013 à 10:11
  3. C’est un très jolie récit,
    Quel plaisir de voir cette harmonie s’installer entre un cavalier et son cheval !
    Merci

    Publié le 28 novembre 2013 à 10:37
    • Amaya

      Merci Sarah, ça me fait plaisir ;).

      Publié le 29 novembre 2013 à 17:21
  4. Ton récit est encore plus démonstratif que celui que tu as fait sur ton autre blog! Tes émotions passe très facilement au travers de tout ça!
    Réellement un très beau moment!

    Publié le 29 novembre 2013 à 15:37
    • Amaya

      Merci Mathilde :).

      En même temps, c’était uniquement dans le but de relater la « séance » alors qu’ici, je l’ai abordé complètement différemment, dans le sens du souvenir, basé plutôt sur les émotions plutôt que de raconter ce qu’il s’est passé ;P.
      En tout cas oui, un beau moment avec ma Louloute, que je ne suis pas prête d’oublier !

      Publié le 29 novembre 2013 à 17:26
  5. Ah les sorties nocturnes, c’est tout un tas de souvenir qui re-font surface ! 🙂 Un vrai plaisir et un vrai moment de confiance entre le cheval et son cavalier, et c’est une confiance aveugle !!

    Les yeux du cheval sont les nôtres finalement !! Surtout quand on sait que le cheval voit très bien la nuit 😉

    Publié le 1 décembre 2013 à 18:35
    • Amaya

      Oui c’est exact, les yeux du cheval deviennent les nôtres, tu as raison ! 🙂
      Et c’est sûr, le cheval y voit très bien :P.

      Publié le 1 décembre 2013 à 19:53
  6. J’adore *-* j’aimerais trop essayer en pleine nuit XD

    Publié le 23 décembre 2013 à 10:58
    • Amaya

      C’est tout ce que je te souhaite, c’est vraiment une chouette expérience ! 🙂

      Publié le 24 décembre 2013 à 10:22
  7. Très joli ce récit !! On ressent vraiment la confiance qui vous uni, c’est magnifique !

    Publié le 23 décembre 2013 à 14:14
    • Amaya

      Merci ! Je suis vraiment heureuse de notre relation, on a confiance l’une en l’autre, tout ce que je pouvais rêver :).

      Publié le 24 décembre 2013 à 10:23