Comment offrir un départ digne à son cheval ?

Il est encore courant aujourd’hui de penser que lorsque que notre cheval nous quitte, l’équarrissage est la seule solution pour prendre en charge le corps de l’animal. Mais depuis quelques années en France, il est possible d’avoir recours à l’incinération. Une seule société s’occupe de cela dans notre pays: Horsia.

 

Qui est Horsia ?

 

Horsia est une société créée par des vétérinaires qui se chargent déjà de la crémation des animaux de compagnie depuis 20 ans (Incinéris). Il s’agit d’un service encadré par des normes strictes.

 

C’est en 2010, quand le cheval n’a plus été considéré comme un animal de rente, qu’Horsia a enfin pu voir le jour. Ils offrent une prestation qui répond à une réelle demande. En effet, lorsque notre cheval décédait, la seule solution était de faire appel à l’équarrissage. Mais il faut savoir qu’il s’agit d’un service industriel. Les animaux n’y sont pas traités pour ce qu’ils ont été au cours de leur vie : des êtres aimés et choyés. Ils ne sont pas traités avec respect.

 

Quand notre cheval décède, on contacte classiquement le service d’équarrissage. Les délais peuvent être longs. Pendant ce temps, la nature commence son travail sous nos yeux…

 

Il faut que le corps soit dans un endroit accessible pour le camion. Notre cheval est au fond du pré ? On se débrouille ! Vient ensuite le douloureux moment de l’enlèvement. Une griffe prend notre cheval pour le lâcher dans la benne avec d’autres animaux. On peut facilement imaginer les odeurs, et la vision de notre cheval ainsi manipulé.

 

Je me souviendrais toujours d’une fois où je suis tombée sur un forum sur un sujet de discussion à propos de l’équarrissage. De témoignages en témoignages, tous plus tristes et choquants les uns que les autres, j’en suis venue à carrément pleurer devant mon écran, ne pouvant pas envisager que ma jument soit traitée et finisse comme ça après toute la douceur et l’amour que je lui porte au quotidien.

 

C’est avec la volonté d’envisager autre chose qu’à l’époque déjà j’avais découvert Horsia qui répond à la demande des propriétaires d’équidés qui souhaitent voir leur cheval traité avec respect après la mort. Ils sont les seuls en France, avec quatre centres de crémation.

 

Comment ça se déroule ?

 

Lorsque notre cheval décède, on se trouve face à des obligations légales. L’enterrement d’un animal de cette taille est interdit. Le corps doit donc être pris en charge (équarrissage ou incinération) et il faut également déclarer la mort de l’équidé au SIRE (Système d’Information Relatif aux Equidés).

 

Quand on choisit l’option de l’incinération, il faut agir rapidement après la mort de l’animal. En effet, Horsia peut refuser l’enlèvement du corps après trois jours du décès du cheval. Passé ce délai, le corps commence à se décomposer et l’enlèvement devient compliqué.

 

C’est pourquoi Horsia est en collaboration avec notre vétérinaire. Ce dernier doit établir une convention de crémation mais aussi de transport en certifiant le décès et l’identification de l’animal ainsi que l’état sanitaire correct de l’équidé afin que Horsia puisse venir chercher le corps.

 

Horsia est équipé d’un van conçu spécialement pour l’enlèvement du corps des équidés. Il s’agit d’un van « couché », dans lequel on amène doucement le cheval avec un treuil. Le van est conçu de manière à ne pas abîmer le corps.

 

 

Le cheval est ainsi amené dans le centre de crémation le plus proche. Ils ont quatre centres, qui permet depuis 2016 de chercher un équidé dans toute la France.

 

Grâce à ce van et au 4×4, Horsia est une solution qui permet d’envisager, si besoin, l’euthanasie sur le lieu de vie de l’animal. Il est donc possible de récupérer le corps aussi bien à l’écurie ou la clinique vétérinaire que dans la prairie quand l’accès est possible.

 

 

Quand vient le moment de faire les adieux à son cheval, le propriétaire a le temps de se recueillir encore quelques instants auprès de son ami. Il peut même déposer une fleur ou autre qui partira avec son animal. Il y a une réelle écoute, un accompagnement du propriétaire et un service personnalisé. C’est tout ce que demande une personne qui vient de perdre son compagnon.

 

Une fois au centre, l’équidé est incinéré avec d’autres animaux de compagnies (chiens, chats…) et non pas avec des animaux de rente. Il est alors possible de récupérer des cendres « symboliques » envoyées par Horsia dans un coffret. Il est désormais possible de demander la crémation de notre animal seul et ainsi récupérer la totalité des cendres.

 

Enfin, Horsia peut également se charger des démarches administratives auprès du SIRE, qui peut être une procédure pénible pour le propriétaire. Se plonger dans la paperasse alors que l’on vient de perdre son animal, j’imagine que c’est la dernière chose dont on ait envie. Donc du début à la fin, Horsia se charge d’absolument tout.

 

Pour résumer, lorsque le cheval décède, le propriétaire contacte Horsia, transmet les informations nécessaires, et Horsia se charge du reste. Aussi simple que ça. Et si pour le propriétaire il est trop difficile d’être présent lors de l’enlèvement du corps, il lui est possible de demander la présence d’une personne de confiance. Vraiment un service personnel, selon la manière dont chacun vit son deuil. Et ça, c’est franchement appréciable !

 

Il y a bien évidemment un coût. Il faut compter pour un cheval 970 € pour la crémation. Moins pour un poney ou un âne. Vous pouvez retrouver le détail sur la page des tarifs. Il faut également compter les frais de rapatriement du corps vers le centre d’incinération le plus proche, qui a un coût variable selon votre département. Il est possible de le savoir directement sur la page des tarifs.

 

C’est une solution qui a un coût, certes, mais c’est un ensemble, un tout, qui permet au propriétaire de garder une meilleure image de son cheval que s’il fait appel à l’équarrissage. C’est en tout cas la solution que j’ai choisi pour ma jument le jour où elle nous quittera. Je me suis déjà gardé de côté depuis longtemps la somme nécessaire, comme ça, pas de surprise le moment venu !

 

Pour toute question ou renseignement, il vous est possible d’appeler directement Horsia. Derrière ce nom, il y a des gens à l’écoute et qui sauront vous répondre et vous rassurer. Il suffit d’ailleurs de lire les très nombreux témoignages sur leur page dédiée.

 

Cette page est parlante. Au travers d’un dernier hommage et des mots de remerciements envers Horsia de la part des propriétaires, on sent qu’il s’agit d’un réel service d’accompagnement en douceur et plein d’empathie dans le deuil (et oui, je l’avoue, je pleure franchement à chaque fois que je lis ces témoignages).

 

Il me tenait vraiment à cœur de vous partager cela, ayant une petite jument de 24 ans maintenant, que j’aime de tout mon cœur et pour laquelle je souhaite une fin terrestre digne et à la hauteur de l’amour que j’aurais pu lui porter pendant toutes ces années à mes côtés.

 

10 commentaires ont été rédigés, ajoutez le vôtre.

*

CommentLuv badge

  1. Fanny

    La mienne aussi a 24ans et le jour où elle partira, ce sera Horsia et rien d’autre !
    Elle a pas eu une vie facile, en tout cas jusqu’à ce que je la récupère, elle est devenue tellement gentille et douce que je ne la vois pas partir dans une benne d’équarrissage

    • C’est évident, nos chevaux méritent ce qu’il y a de mieux, même après la mort.

  2. C’est bien le genre de choses auxquelles j’ai pas envie de penser, mais au moins grâce à toi je sais que ça existe.
    Mais pour l’instant: longue vie à Kalinka! <3

    • Effectivement, on n’a jamais envie de penser à ça, et pourtant, vaut mieux y être préparé pour que tout se fasse le plus sereinement possible une fois le moment venu.

      Merci Emilie <3

  3. LONGUEIN

    Quand mon cher DOCTOR LEO JESS nous a quittés, j’ai fait appel à HORSIA et je recommande de faire appel à leur service à tous les propriétaires de chevaux qui seront un jour confrontés au départ de leur cheval..

    • Merci pour ton témoignage, une preuve de plus que l’on peut faire confiance à Horsia pour prendre soin de nos chevaux.

  4. magagnosc

    Bonsoir tu as enCorée le temps, pour la mienne j’ai du le faire dans sa 32 année. Ce que tu peux faire pour faciliter ses dernières années c’est d équiper son box de sangle au pl’abondance ou en haut des murs pour l aider à se tenir debout pour quand elle ne pourra plus se coucher. Si j’avais fait ça je l aurais peut-être encore avec moi. Le soir de Noël elle s’est couché comme à son habitude mais le matin il lui a été impossible de se lever et les pompiers on refuser de venir m aider. Le veto est venu il m’a dit trop longtemps coucher, euthanasie. Et puis il me dit c’est dommage hormi la faiblesse dans ses postérieurs qu’elle était en pleine forme et bien ronde. Fais se qu’il faut pour la soutenir le plus longtemps possible. Bonne soirée et un gros bisou a ta jument.

    • Je suis désolée pour ta jument, c’est triste qu’elle soit partie comme cela.
      Merci pour le conseil ! Malheureusement Kalinka n’est pas chez moi mais en pension donc ce serai difficilement possible. Mais je garde ça dans un coin de ma tête. En effet, la thérapeute qui suit Kalinka en shiatsu m’a prévenu de bien masser les muscles de ses postérieurs et croupe pour qu’ils restent le plus « actif » possible, au risque de ne plus pouvoir se relever un jour.
      Merci pour Kalinka 🙂

  5. Isabelle

    Ma jument a 35 ans, on est ensemble depuis 25 ans et je viens de découvrir Horsia. Ma jent est de moins en moins en forme. l’angoisse de l’équarrissage vient tout d’un coup de s’envoler grace à cet article ! Merci

    • Je suis contente que cette article puisse informer les gens désireux d’autres solutions pour leurs chevaux !