De l’utilité de remonter les étriers

 

Quand j’étais encore en centre équestre, on nous faisait remonter les étriers après le cours. Enfin… c’était pas une règle d’or non plus hein, on nous laissait bien souvent sortir de la carrière étriers ballants. On ne m’a jamais expliqué pourquoi, et j’avoue n’avoir jamais cherché à le savoir non plus. Je le faisais plutôt parce que les autres filles le faisait (nan mais quel mouton celle là… :p), sans me poser de question.

 

Mais je me suis rendue compte toute seule que c’était bien plus pratique pour transporter la selle d’un point A à un point B, parce qu’on a pas les étriers (surtout métalliques…aïe) qui nous tapent dans les jambes, puis aussi pour seller le cheval, qui se retrouve une fois sur deux avec l’étrier qui lui tape le dos au moment de passer la selle par-dessus. Pas cool…

 

Mais c’est seulement depuis que j’ai Kalinka avec moi (encore ?! Ca commence à faire beaucoup, on va croire que je n’ai pas appris grand chose en club… Ce qui n’ai pas totalement faux, m’enfin…) que je me suis rendue compte que remonter les étriers, c’est aussi un geste pour la sécurité du cheval.

 

En effet, le cheval peut s’accrocher quelque part avec l’étrier, et paniquer. Une fois, en rentrant Kalinka au box après une balade, selle sur le dos et étriers qui pendent, elle s’est légèrement accrochée avec l’étrier au petit bout métallique fixé au mur qui sert à passer le loquet de la porte du box dedans. Rien de méchant, ça a juste un peu tiré, mais elle est passée comme si de rien. J’ai tiqué, bien sûr, mais à croire qu’il me fallait plus fort pour ne pas oublier de remonter les étriers !

 

Donc, quelques semaines plus tard, rebelote, mais cette fois-ci l’étrier était plus engagé que la dernière fois sur le bout métallique, donc impossible pour Kalinka de continuer à avancer, et là, elle se met à paniquer: elle veut avancer coûte que coûte. Je n’ai même pas le temps de réagir, et là, l’étrivière saute. Elle s’est détachée du couteau d’étrivière, et heureusement. Non seulement ça aurait pu bousiller la selle, mais pire encore, Kalinka aurait pu paniquer de plus belle et finir par se blesser. Donc, pas de dégât, mais j’ai eu chaud.

 

Pour le coup, je peux vous dire qu’à chaque fois que je descends de Kalinka, mon premier réflexe c’est de remonter les étriers, de peur qu’elle ne s’accroche à nouveau je ne sais où.

 

Comment remonter les étriers ?

 

Vous venez de descendre de cheval. Vous laissez donc la selle sur le dos du cheval.

Pour faire simple, on va visualiser notre étrivière avec deux courroies (l’étrivière est pliée en deux, l’étrier se trouvant en bas, au niveau de pli) : celle qui est la plus proche de vous, la première, et la seconde, qui se trouve contre la selle.

 

Il vous suffit de prendre la première courroie de l’étrivière, celle qui est devant vous, dans une main, et l’étrier dans l’autre main. Vous allez pousser l’étrier vers le haut, sur la seconde courroie jusqu’à atteindre le haut.

Maintenant, il ne reste plus qu’à passer l’étrivière à l’intérieur de l’étrier, de l’extérieur vers l’intérieur, du haut vers le bas.

 

Et le tour est joué ! Sécurité pour votre cheval, et confort pour vous, lorsque vous transportez la selle.

 

Vous est-il aussi arrivé une mésaventure du même genre ? Ou bien remonter les étriers a-t-il encore une autre utilité ? 🙂

20 commentaires ont été rédigés, ajoutez le vôtre.

*

CommentLuv badge

  1. Très bon article, il est jamais trop de répéter ce genre d’astuces 🙂

    Pour ma part j’ai gardé le reflexe de remonter mes étriers et je crois biel’avoir toujours fait. La seule fois où j’ai baissé mes étriers avant de sortir du box (sachant que je grimpais sur son dos juste devant la porte du box..) un des étriers à tapé sur le métal de la porte et le bruit a fait peur à dada. Il ne s’est rien passé, mais pour un cheval très peureux, ça peut aller vite !!

    Bisous !! (PS: je le redis, tes étriers sont trop beaux !)

    Publié le 29 avril 2013 à 14:33
    • Amaya

      C’est vrai, au début en écrivant cet article je me suis dis que c’était un peu bêbête, mais à la réflexion, ce n’est pas forcément de trop de rappeler des basiques 😉

      C’est bien que tu es gardé ce réflexe ! Ton exemple est très bien, je n’avais pas pensé au bruit qui pouvait effrayer le cheval si l’étrier tape dans quelque chose, sans compter si on se trouve sur la route du dit cheval effrayé qui fait un bel écart :p. Preuve en plus qu’il est sécuritaire pour le cheval et le cavalier de remonter les étriers.

      Vouiii hein ils sont canons les étriers ! ;p

      Publié le 29 avril 2013 à 15:01
  2. Hello Amaya,

    Ton témoignage montre qu’en centre équestre, on t’a peu expliqué le sens des choses,et c’est finalement ta propre expérience (pas trop malheureuse cette fois tant mieux!) qui ancre le pourquoi, le sens des choses.

    Les enfants sont très réceptifs au sens, ma fille est dans un Centre où l’on prend le temps d’expliquer, c’est déjà ça! Et c’est petit, peu d’enfants, même s’il y a un timing qui pousse à aller un peu vite…

    Moi je ne monte pas…et je n’en ai pas envie, mais je suis maman d’une cavalière novice, alors vigilante et en apprentissage quand même! Je ferai donc attention au prochain cours, à propos des étriers!

    Belle journée à toi

    🙂

    Publié le 29 avril 2013 à 14:34
    • Amaya

      En effet, dans les centres équestres, on ne prend pas toujours le temps d’expliquer les choses. C’est une chance que ce ne soit pas le cas pour ta fille ! 😉 Dans mon premier centre, c’était plutôt du genre je débarque, poney déjà préparé, tourner en rond pendant trois quarts d’heure puis descendre et ne pas s’occuper du poney parce que reprit tout de suite après, et tout ça le plus vite possible. Difficile donc dans ces conditions d’apprendre quelque chose, et c’était assez stressant de ne pas être encadré alors que petit, on à faire à un animal aussi gros qu’un poney.

      Bonne journée 🙂

      Publié le 29 avril 2013 à 15:08
  3. Bon article 🙂 j’aime comme tu expliques et tu écris. Moi je remonte toujours mes étriers (bon élève :B) Hate de voir ton prochain article 😀
    Bonne fin de journée ^^

    Publié le 29 avril 2013 à 16:35
    • Amaya

      Merci c’est gentil ! 🙂

      En effet, tu es une bonne élève !! Huhu :p

      Aha, je t’avouerais que je ne sais pas encore sur quoi portera le prochain article ^^. Surpriiise :p

      Publié le 29 avril 2013 à 16:44
  4. Je me permets d’ajouter une petite chose à ton article : c’est très important de remonter les étriers, mais aussi de faire en sorte que l’étrivière ne pende pas!!

    Pour cela, faites un tour autour de l’étrier avec l’étrivière, vous éviterez bien des accidents très dramatiques!

    Pourquoi?

    Une jument que je connaissais bien et que j’aimais beaucoup, s’est tuée à cause d’une étrivière pendante (pourtant l’étrier était remonté!)!
    En voulant chasser une mouche sur son flanc, elle s’est coincé la bouche dans l’étrivière. Elle a paniqué et s’est cabrée. Elle a finit par se retourner. En retombant, elle s’est fait le coup du lapin et elle est morte sur le coup…

    Je suis désolée pour ce témoignage un peu brut, mais faites aussi attention à ça!

    N’oubliez pas de remonter vos étriers, mais aussi vos étrivières!

    • Amaya

      Merci Mathilde pour ce témoignage ! Tu as bien fait de l’ajouter, je n’aurais jamais pensé qu’une telle chose pouvait arriver ! :-O
      J’y penserais maintenant en remontant les étriers, à faire une boucle avec les étrivières.

      Encore merci pour cette précision !

    • OMG ! Pauvre jument !! Maintenant je remonterai aussi mes étrivières, c’est noté !

      • Amaya

        Comme quoi, il y a des situations dangereuses auxquelles on ne pense pas =/

  5. C’est vrai que c’est quelque chose à laquelle on ne pense pas du tout!
    Depuis cet accident, je psychote toujours avec ça! Dès que je vois une photo, ou un cheval avec les étriers ballants, ou les étrivières qui pendent, je ne peux pas m’empêcher de le faire remarquer! Ton article m’a tout de suite fait réagir!^^

    • Amaya

      Moi aussi je suis du genre parano :p.
      Et tu as très bien fait de le faire remarquer !! Encore merci 😉

  6. Tu as raison ! Moi je le fait par reflexe sans savoir pourquoi =p Mais je ne pensais pas que sa pourrais s’accroché a quelque chose. Surtout que Lili est super peureuse ! Elle a déja cassé son filet a cause des renes qui était rester coincé. C’est exactement pareil pour l’étriller !

    • Amaya

      C’est vrai que c’est d’autant plus important si elle panique vite ! 😉

  7. lisa

    Et aussi, le cheval peut se coincer la mâchoire dans l’étrier en voulant enlever une mouche qui et sur ces flans.

    C’est arriver a une amie en rando, le mono a réussit a lui retiré. J’avoue avoir eux très peur pour lui …

    Publié le 15 octobre 2013 à 12:51
    • Amaya

      Oui en effet, ça peut arriver, ça a déjà été dit plus haut :).
      Heureusement que ça s’est bien fini pour lui ;).

      Publié le 17 octobre 2013 à 10:49
  8. C’est vrai qu’il faut faire attention, idem quand on met pied à terre en balade, ça peut s’accrocher n’importe où et là bonjour les dégâts!
    Par contre le seul inconvénient, sur une selle en cuir ça peut abimer un peu le cuir ou faire des griffures…
    Donc là faut investir dans les pochons d’étriers! 😀

    Publié le 3 décembre 2013 à 23:13
    • Amaya

      Ah en effet, tu as raison ! Je n’aurais pas pensé à ça. Merci pour ce petit plus ! 🙂

      Publié le 4 décembre 2013 à 11:18
  9. Je ne le fais jamais non plus depuis que je suis en DP (alors que je le faisais en club) ! Ce petit article me remet les pendules à l’heure ! ^^
    Ps : j’espère que ton blog ne va pas penser que je spamme avec tous mes commentaires ! ^^ Mais j’aime beaucoup tes articles. 🙂

    • Pas d’inquiétudes, tes commentaires ne sont pas considérés comme des spams par le blog ! 😛

      On entend parfois des histoires qui font froid dans le dos, pour de bêtes histoires d’étriers. Il ne m’en a pas fallu plus pour que ça devienne une habitude ^^.