Equitation ?

Logo Cavalcade

Tel est le thème donné par Emilie du blog Cavali’Erre pour cette dixième édition de la Cavalcade des Blogs.

 

La Cavalcade des Blogs est un évènement qui a lieu chaque mois et qui rassemble les blogueurs autour d’un thème, toujours en rapport avec l’univers des équidés. 

 

Voilà le thème proposé par Emilie:

Qu’est-ce pour vous que l’équitation? Quelle est l’équitation que vous pratiquez, celle que vous voudriez pratiquer, ou celle que vous refusez de pratiquer? Celle que vous aimez, celle que vous détestez, celle que vous voudriez voir plus souvent. Quelle est cette équitation, d’ici ou d’ailleurs, qui vous inspire et vous fait rêver? Quelle est l’équitation de votre cheval? Ou bien est-ce un cheval libre d’équitation?

 

Equitation… Un bien grand mot qui désigne beaucoup de choses, avec toujours plus ou moins la même définition. Mais une définition et des pratiques qui ne me conviennent pas, bien souvent.

 

Je vois l’équitation comme un partenariat. Comme une continuité plutôt qu’une finalité.

 

L’équitation est une pratique qui requiert selon moi de l’humilité, de la sagesse, une certaine sensibilité, un lien avec nos ressentis. Choses dont nous manquons cruellement, et je m’inclus aussi dans ce nous.

 

Car aujourd’hui, l’équitation c’est quoi ? D’après ce que l’on rencontre trop souvent, il s’agit d’une pratique qui consiste à rendre le cheval obéissant pour nous emmener où bon nous semble. On l’utilise. Il est utile à notre bon plaisir.

 

dos-cheval

Monter ou ne pas monter ?

Personnellement, ça n’est pas ça que je veux pour cet être que j’admire. N’est-il pas possible d’éprouver le même plaisir à ses côtés plutôt que sur son dos ? Chercher à l’accompagner plutôt qu’à le conduire ? Le suivre et se laisser guider, pour une fois, plutôt que le contraire ? Apprendre à l’écouter plutôt que de lui imposer des choses dont il n’a peut-être que faire ?

 

Dans mon idéal, monter sur son dos, l’équitation donc, ne serait qu’une continuité dans la relation avec le cheval. Passer du temps à ses côtés pour le comprendre avant tout, établir une confiance mutuelle. Et si la situation s’y prête, ou mieux encore si le cheval nous y invite, se hisser sur son dos. Ne serait-ce pas là plus « naturel » et dans l’ordre des choses ?

 

Si émotionnellement nous sommes disponibles, les chevaux sont toujours à notre écoute. Mais nous, le sommes-nous ? N’est-ce pas au cheval de nous dire à quel moment il a envie (ou pas) de nous accueillir sur son dos ? Les choses seraient plus simples comme ça non ?

 

Parvenir à pied déjà à connaître cette sensation de ne faire plus qu’un avec son cheval. Se trouver sur son dos ne serait alors plus qu’une formalité, une continuité. Ainsi libre de tout artifice gênant qui occupe l’esprit, le cheval et son cavalier auraient tout le loisir de voir évoluer une relation saine, basée sur le respect et l’écoute de l’autre.

 

Apprenons d’abord à écouter nos chevaux, apprenons à communiquer pour construire une base solide. Une relation peut-elle vraiment se construire uniquement sur le dos d’un cheval ? C’est en cela que je vois l’équitation comme une continuité, celle d’un lien fort et particulier.

 

Bref, demandons d’abord à notre cheval s’il veut goûter à tout cela, et ensuite seulement nous pourrons parler d’équitation.

 

Pour moi donc, l’équitation serait une pratique d’un commun accord entre le cheval et son cavalier.

 

Kalinka 10.09 (51)

 

Peut-être que je pense vivre chez les Bisounours, mais c’est ce que je désire profondément, car je suis convaincue qu’il est possible d’agir ainsi avec les chevaux si on ouvre nos esprits et nos cœurs.

 

C’est en tout cas ce que je me souhaite de pouvoir ne serait-ce que toucher du doigt un jour. Je ne prétends aucunement tout savoir, loin de là, mais j’essaye de prendre conscience de ce que je peux, d’écouter les chevaux. Peut-être un premier vers la sagesse à laquelle j’aspire, vers laquelle les chevaux nous guident ?

 

J’ai le souhait de devenir une meilleure partenaire pour ma jument, et ainsi une meilleure cavalière. Bien que petit à petit, sans même m’en rendre compte, je délaisse l’équitation. Lasse de me « battre » contre ma jument pour la faire avancer, tourner, arrêter. Peut-être que j’ai saisi le message ? Son message. J’avais souvent le sentiment désagréable de me sentir de trop sur son dos.

 

Elle me préfère visiblement à ses côtés, l’emmenant brouter de l’herbe hors de son pré, en tête à tête. On fait désormais les choses comme elle l’entend. C’est elle qui propose. Et quand c’est moi qui suggère quelque chose, j’attends de voir si elle est intéressée ou non par ma proposition. Je ne veux plus la forcer. Trop longtemps j’ai fait selon mon bon vouloir, maintenant, j’essaye de remettre les choses dans l’ordre, d’instaurer un équilibre entre nos deux personnalités.

 

C’est ainsi que notre relation s’est renforcée considérablement, en peu de temps ! Et aujourd’hui quand il me prend l’envie de faire une balade sur son dos, quand je la sens partante, je constate toujours avec bonheur qu’une nouvelle entente s’est faite. Tout est plus simple, plus fluide, bien que nous ayons encore du chemin à faire. Et aujourd’hui, elle veut bien me porter au gré de mes envies. C’est un peu ça le partage.

 

Je n’attends pas que quelqu’un soit d’accord avec ce que je viens d’énoncer, car j’ai bien conscience qu’il y a autant de façon de voir l’équitation qu’il y a de cavaliers. Néanmoins, un point commun devrait nous mettre tous d’accord en tant que passionnés: le bien-être du cheval avant tout.

 

 

18 commentaires ont été rédigés, ajoutez le vôtre.

*

CommentLuv badge

  1. Gruyer

    Très beau texte où je m’y retrouve complètement

    Publié le 5 octobre 2014 à 08:25
    • Merci Mello 🙂 .

      Publié le 5 octobre 2014 à 10:16
  2. Ton article illustre très bien cette citation:  » L’homme de cheval aime ses chevaux plus que l’équitation.  »
    PS: c’est quoi ce joli bidou de pré que l’on voit sur la photo =) ?… Elle meurt pas de faim Kalinka !

    Publié le 5 octobre 2014 à 15:24
    • Je ne connaissais pas cette citation, mais en effet, ça correspond plutôt bien 😉 .
      Euh… je ne vois pas du touuut de quoi tu veux parler ! 😛 Effectivement, elle ne meurt pas de faim ! Mais gros manque de muscle surtout, à son âge. Il y a du relâchement de partout ^^.

      Publié le 5 octobre 2014 à 18:44
  3. « J’ai le souhait de devenir une meilleure partenaire pour ma jument » : comme c’est joliment dit ! On entend plus souvent : »j’ai le souhait de faire de mon cheval un athlete obéissant ». Bah je préfère ta version et de loin !!

    Et je rejoins Alexia, elle a un beau bidon ta louloute ^^
    Soon-a-horse (Phoenix) Articles récents…Défi positif !My Profile

    Publié le 5 octobre 2014 à 16:41
    • Tu as raison oui, on entend plus souvent le contraire 😉 .

      Aha, ça c’est sûr, on ne la loupe avec un bidon pareil ! 😛

      Publié le 5 octobre 2014 à 18:49
  4. Ton article m’a tout simplement touché car ta réflexion sur l’équitation est très mûr, tu as réussi à dire ce qu’au fond de moi et que j’ai du mal à formuler. C’est un peu ce que tous les cavaliers veulent, devenir un meilleur partenaire pour eux.
    Encore bravo 😉
    Salomé Articles récents…Ma vision de l’équitationMy Profile

    Publié le 6 octobre 2014 à 09:45
    • Merci Salomé !
      Je dois dire que j’ai moi-même mis un peu de temps à trouver mes mots pour cet article, il n’est pas toujours aisé de formuler ce que l’on ressent au fond de nous 🙂 . D’ailleurs il y a toute une flopée de sujets sur lesquels j’aimerais écrire, mais je ne parviens pas à trouver les mots justes. Il faut du temps pour laisser tout ça mûrir, jusqu’au jour où l’envie d’écrire et de sortir ce qu’on a sur le coeur se fait très présente 😉 .

      Publié le 6 octobre 2014 à 13:56
  5. Bravo, excellente réflexion ! ET ça c’est de l’équitation réfléchie 😉
    C’est plus qu’un simple partenariat, c’est presque avoir passer un pacte avec son jumeau équin ! 🙂

    Publié le 7 octobre 2014 à 20:56
    • Merci Amandine !
      Oui, on peut aussi voir ça comme ça 🙂 .

      Publié le 12 octobre 2014 à 13:09
  6. Mer-ci d’avoir lu ma réflexion sur le livre, c’est vrai qu’il est très enrichissant et on ne peut lire les études de son élève sans avoir lu les études de la mentor ! 🙂

    Elle est venue en France apparemment cet Été. C’est vraiment dommage, je pense que je me serais déplacée pour l’entendre débattre de ses projets, de ses théories, etc… Je pense qu’elle révolutionne pas mal l’image du cheval à l’heure actuelle, non plus comme seul destrier destiné à être monté mais plus comme partenaire spirituel. Enfin pouvoir dresser l’homme à apprendre du cheval et non l’inverse ! 🙂

    Publié le 7 octobre 2014 à 21:01
    • Oh mince oui, c’est dommage ! Ça aurait été particulièrement enrichissant de l’entendre je pense.
      C’est tout à fait ça, le cheval comme partenaire spirituel, pour nous aider à cheminer dans la vie. Et « dresser l’homme à apprendre du cheval », j’aime beaucoup ta phrase ! 😀

      Publié le 12 octobre 2014 à 13:11
  7. Alice

    j’ai lu ton texte et je ne peut qu’être d’accord … je pensais être la seule à penser comme ça
    Je n’ai que 13 ans, amoureuse des chevaux, je suis pas du tout une pro, je m’y connais pas beaucoup, et tout le monde me répète tout le temps  » ne te laisse pas faire, c’est toi qui décide, c’est toi la chef, il veut pas faire ce que tu lui demande ? engueule le »
    Je trouve ça injuste : pourquoi il devrais nous écouter et nous obéir à la lettre ? Et pas nous ? Je trouve qu’on devrais juste prendre le temps , parfois de les écouter aussi, de trouver un équilibre, pour d’établir une entente solide basée sur la confiance et le partage 😀

    • Ravie de voir que tu retrouves ta façon de voir les choses dans ce texte !
      Tu as une belle manière de considérer le cheval 🙂 .

      Publié le 20 avril 2015 à 20:11