Les marottes d’un vieux couple

 

C’est comme cela que je nous vois. Un vieux couple. On se connaît si bien toutes les deux. On avance calmement et d’un pas paisible dans la vie, main dans la main, nos foulées se sont accordées. Je passe énormément de temps à observer Kalinka, je remarque alors une foule de petites choses qui sont quasi systématiques chez elle, et je m’en amuse. Elle est un cheval assez routinier, qui semble se complaire dans ses petites habitudes du quotidien. Ça tombe bien, sa gardienne aussi.

 

En effet, les jours se succèdent et se ressemblent. Sans trop, quand même. Mais je suis une personne que la routine rassure. Du coup j’ai tendance à venir plutôt les après-midis, par exemple. Quasiment tout le temps en fait.

 

A chaque fois, les choses se déroulent de la même manière. J’arrive, je passe à la sellerie pour récupérer licol et sac de pansage. Je vais déposer ça sur la dalle de pansage. Je vais couper le courant. Je vais au pré. Avec le licol, même si je n’en aurais pas besoin. Tous les jours, je me dis « au cas où ». Et il se passe toujours la même chose.

 

Kalinka me voit arriver. Elle arrête de manger. Mais elle ne vient pas. Ou alors trèèès rarement. Je commence à marcher dans sa direction. Elle m’attend sagement. J’arrive à son niveau. On se dit bonjour. Puis on se rend vers la sortie. En liberté. Et à chaque fois, je lui demande si elle ne se ficherait pas un peu de moi. Elle me suit en liberté, c’est donc qu’elle a bien envie de sortir de là. « Tu ne pourrais pas me faciliter la tâche en venant de toi-même sans que je n’aie à traverser tout le pré pour te chercher non ? »

 

Mais à chaque fois, le même bonheur de voir que Kalinka trouve ma compagnie suffisamment plaisante pour avoir envie de me suivre à l’extérieur sans avoir besoin de licol. Un bonheur simple. Tout simple.

 

On sort du pré, avec toujours la copine ponette qui nous suit. Je m’occupe de mettre cette dernière dans un paddock (longue histoire d’un poney qui n’aime pas voir sa copine partir). Pendant ce temps, Kalinka m’attend toujours sagement, un petit peu en retrait. Elle est si mignonne. Je la récupère, je lui ouvre la chaîne pour aller sur la dalle de pansage. Elle sait où est sa place pour se faire toustouiller.

 

Je commence par curer les pieds. Toujours. Parce qu’elle a les pieds sensibles et que je vois bien qu’elle n’est pas confortable sur la dalle avec la boue et les cailloux coincés sous les pieds, même si moins vrai aujourd’hui. J’ai gardé l’habitude. Les pieds d’abord. Et je commence par le même pied. L’antérieur gauche. Toujours. Tellement toujours d’ailleurs que Kalinka anticipe. Quand je fini avec un pied elle commence souvent à libérer le suivant de son poids. Pour le reste du pansage, c’est plus aléatoire. Quoi que peut-être pas en fait…

 

Après ça, on se dirige vers la sellerie. Kalinka attend sagement devant, toujours en liberté. Parfois, elle part en balade sans moi. Elle a des périodes comme ça, où elle semble pressée de partir. Alors elle ne m’attend pas et s’en va d’un pas tranquille, l’air de rien, en gardant un œil sur moi quand même. Parce qu’elle sait bien qu’elle n’a pas le droit. Et à chaque fois, je souris plutôt que de perdre patience. Elle me fait tellement rire.

 

Le reste du temps, elle attend très sagement que je trouve de quoi l’habiller. Si je la selle, au moment de partir elle vient se placer devant les escaliers de sorte que je puisse grimper sur son dos sans lui faire de mal. Souvent je prends le temps pour qu’on fasse quelques bêtises et Kalinka se voit toujours récompenser avec une friandise. Et là, le dragon en elle s’exprime.

 

Elle a un tic un peu particulier, que je n’ai pas tardé à lui découvrir quand je l’ai récupérée il y a cinq ans. Pas très commun comme tic. Quand je donne une friandise à Kalinka, souvent, après l’avoir boulotée, elle fait « le dragon ». Elle retrousse fortement la lèvre supérieure, elle inspire un grand coup puis elle souffle fort, voire crache carrément. Bref, un tic un peu particulier que je n’ai jamais vu chez d’autres chevaux. Propriétaires d’autres dragons, faites-moi signe !

 

Aaah, là il est, le dragon ! Ne manque plus qu’à s’imaginer sa langue se glisser entre les dents et souffler d’un coup sec, te crachant sa morve dessus au passage.

 

Nous sommes prêtes pour partir. Si on part à gauche, tout va bien. On va faire une balade, on va aller brouter, bref, c’est certain, on va faire un truc sympa. Alors Kalinka avance d’un bon pas, oreilles en avant. Si on part à droite, en revanche, la suite des évènements est plus incertaine. Kalinka traîne des pieds. Elle montre bien qu’elle n’a pas envie d’aller travailler à la carrière. Ah, non, c’est bon. On part en balade. Alors elle marche d’un bon pas et semble tout à coup retrouver sa bonne humeur. Comme si de rien n’était. Pas du tout expressive celle-ci.

 

Si on part en balade avec d’autres chevaux, j’ai remarqué quelque chose de très drôle. Si elle est en tête, elle avance d’un bon pas, oreilles en avant, l’air serein. Mais si un autre cheval est devant, le drame. Sa Majesté est contrariée. Sa balade est gâchée. Elle ralentit le pas et fais une sale tête, oreilles en arrière. Pauvre petite… L’une des nombreuses petites choses que je remarque et qui chez Kalinka sont systématiques. Et je m’en amuse beaucoup. Je l’avoue. Ses manies me font rire.

 

J’ai noté autre chose. Kalinka a l’art et la manière de me contredire. Elle aime me faire mentir. L’autre jour, en balade, je disais que j’étais super fière d’elle parce qu’elle se baladait librement à mes côtés, sur une grande étendue d’herbe, depuis bien dix minutes, mais qu’elle ne cherchait même pas à profiter de ce garde-manger géant. Et là, paf. Dans la seconde, le nez collé à l’herbe. Non mais c’est une blague ?? Et ceci n’est qu’un exemple parmi tant d’autres. A chaque fois que j’énonce un fait à propos de Kalinka à quelqu’un, voilà-t-il pas qu’elle me fait mentir en faisant l’exact opposé. Systématique. Du coup je ne dis plus rien. Voilà. Elle l’aura voulu.

 

Revenons à nos moutons. A notre routine. Pardon. J’aime bien faire les mêmes circuits. Dans le même sens. Parfois je change. Mais ça me fait bizarre. Alors la fois d’après on va dans le sens qui me va bien. Pour le coup, je crois que Kalinka s’en fiche pas mal. Tant qu’elle voit du paysage… elle se fiche bien de mes lubies.

 

Quand on rentre à l’écurie, je peux être sûre que Kalinka va ralentir le pas sur les dernières dizaines de mètres. Vraiment ralentir. A chaque fois. Sûr et certain. Je ne sais pas pourquoi, mais elle a décidé qu’il en serait ainsi pour le restant de ses jours. On s’y fait.

 

Elle va ensuite s’arrêter devant la sellerie sans que je n’aie à le lui dire, pour que je la débarrasse de son matériel. Après, j’aime rester longuement à ses côtés, avant de la quitter. Sa présence est tellement paisible, j’ai du mal à décrocher.

 

Voilà, vous connaissez notre train-train quotidien. Je suis une cavalière qui aime la routine. Et je l’impose à une Kalinka que ça ne semble pas déranger le moins du monde et qui au contraire en profite pour s’engouffrer dans cette porte ouverte et y installer les siennes. Et on s’accorde super bien toutes les deux comme ça. On a nos petites marottes et on le vit très bien.

 

Parfois, on casse cette routine. C’est plus souvent Kalinka que moi qui cherche, parfois, à explorer, essayer ou proposer autre chose. Et là aussi, elle me fait souvent rire par ses décisions qui semblent prises sur un coup de tête (en même temps elle vit pleinement l’instant présent, elle). Je vous avais déjà dit que derrière son apparente discrétion elle était très drôle ?

 

En tout cas, notre petite routine me plaît bien, elle rassure la grande angoissée que je suis. Et Kalinka, toujours aussi mignonne, s’y prête bien volontiers.

 

Cet article participe à la Cavalcade des Blogs, un évènement qui a lieu chaque mois et qui rassemble les blogueurs autour d’un thème en rapport avec l’univers des équidés. Ce mois-ci, c’est Emilie, du blog Cavali’Erre. Il s’agit de la trente-septième édition de la Cavalcade des Blogs. Elle a pour thème « Habitudes et petites manies ». 

 

Et comme aujourd’hui Kalinka et moi on fête nos 5 ans ensemble, je trouve que c’est la bonne occasion de publier cet article et vous faire découvrir nos habitudes. C’est drôle parce que l’an dernier, Emilie nous a proposé un thème qui m’a permis de publier un article ce même jour, et qui était tout à fait à propos lui aussi: Notre rencontre, à Kalinka et moi. Merci Emilie pour ces jolies synchronicités qui me permettent de partager un tout petit peu de l’amour infini que je porte à ma douce Kalinka ! 🙂

 

12 commentaires ont été rédigés, ajoutez le vôtre.

*

CommentLuv badge

  1. 5 ans! Bon anniversaire à vous deux. C’est chou votre routine. À la fois plein de douceur et de rires, je suis fan. Moi j’ai une jument qui s’arrête tous les 10 mètres tant qu’on n’est pas sorties du pré ou loin des écuries, et qui saute sur le premier brin d’herbe venu. Alors elle me fait rêver ta Kalinka toute sage ♥

    • Merci Emilie ! <3

      Haha, on dirait Kalinka il n'y a pas si longtemps encore 😛 . Elle était comme ça aussi avant, alors t'as de l'espoir pour Jasmine 😀 .

  2. Louise

    Joyeux 5 ans !!! Ça passe si vite ! C’est drôle parce que j’avais déjà remarqué que j’ai eu Brin quelques mois après votre rencontre à vous ! 😛

    • Merci Louise ! 😀 Oui ça passe à une vitesse folle !
      Oh c’est vrai ? Bientôt votre anniversaire à vous alors ! 😀

  3. Magnifique texte… Moi aussi, au pansage, je commence toujours par le pied gauche, et Tabasco lève les autres bien hauts sans que j’ai quoi que ce soit à faire. C’est sympa.

    J’aimerai beaucoup pouvoir faire les choses en liberté comme toi, mais le gros à un bide plus gros que le reste et s’arrête à toutes les touffes d’herbe. Et puis d’un coup, un oiseau qui décolle et voici mon cheval parti au galop…. Du coup, j’ai trop peur pour le tenter complètement. Un jour peut-être.

    Bref, j’envie votre complicité à toutes les 2, vous êtes merveilleuses.

    Love love.

    • Merci Cyrielle <3

      Je te rassure, Kalinka aussi a un bidon qui dirige sa vie, mais au fil des années et de la relation qui se construit, on arrive parfois à passer avant la nourriture :P. Par contre c'est vrai que si j'avais un cheval trouillard, je ne pense que je ferais ce que je fais aujourd’hui. Mais qui sait, au fil du temps Tabasco saura sûrement se poser à tes côtés 🙂 .

    • Merci beaucoup ! 🙂

  4. Un très bel article <3 J'aime vraiment beaucoup ta façon d'écrire sur vos petite manies. C'est vraiment trop chouette.

    Un super couple que vous formez. Mais ça j'ai déjà dû te le dire de nombreuses fois 🙂

    (Désolée du retard de lecture… Mon boulot a eu raison de mon temps libre cette année!)