Myopathie atypique équine : un risque à ne pas négliger

Aujourd’hui je laisse la parole à Morgane du blog Hynder, qui a vécu une expérience effrayante avec son jeune cheval: la myopathie atypique équine. Une intoxication qui laisse très peu de chance au cheval de s’en sortir. Heureusement, son cheval est encore à ses côtés aujourd’hui, c’est pourquoi elle souhaite nous mettre en garde contre cette intoxication souvent fatale pour nos chevaux.

 

“ 17 décembre 2016, j’arbore un large sourire, le licol à la main prête à affronter tous les principes sur l’art équestre, avec pour acolyte mon jeune cheval de 4 ans. Il pâture tranquillement dans son pré qui lui a été attribué depuis maintenant 10 jours, sans m’en douter le moins du monde Cali se meurt un peu plus à chaque minute qui passe. ”

 

La myopathie atypique équine (MAE) est une intoxication dû aux samares de l’érable sycomore. “Maladie de pré” elle touche les animaux qui pâturent au contact de samares et plantules.

 

Samares de sycomore (le plus petit est le fruit d’un érable jeune)

 

Plantule

 

Cette maladie entraîne la mort jusqu’à 85% des cas de manière fulgurante, dans un délai d’environ 48 H.

 

 

De nombreuses études sont encore en cours car de grosses différences sont à noter entre chaque cas. Les facteurs les plus souvent retrouvés étant :

  • Les chevaux qui ont un accès insuffisant en foin
  • Épisodes venteux précédant des intoxications
  • Les jeunes sujets (4 ans et moins) et les sujets âgés (15 ans et plus) sont plus sensibles à la toxine.

 

La myopathie atypique est dû à une toxine présente dans le fruit de l’érable sycomore, celle-ci attaque tout le capital musculaire de l’animal entraînant sa mort une fois l’ensemble cardiaque et respiratoire atteint.

 

Signes importants

 

Il est capital d’avoir connaissance de la présence de samares dans la pâture des chevaux afin de pouvoir établir un plan de surveillance adéquat. Ceci vous permettra dans la mesure du possible :

  •  de limiter l’accès aux zones à risques
  • de veiller tout particulièrement à la survenue de raideur inhabituelle, particulièrement de l’arrière main
  • les chevaux doivent avoir un accès au foin permanent
  • une reconnaissance des urines foncées couplée aux autres facteurs ci-dessus pourra orienter fortement la suspicion de la myopathie atypique

 

Information importante: dans de nombreux cas, le cheval continue de vouloir manger malgré un pronostic vital engagé !

Retrouvez pas à pas tout le combat de mon cheval face à cette intoxication sur mon blog : Comment il a survécu à la myopathie atypique équine – partie 1 .

 

Morgane a également réalisé un ouvrage sur l’histoire de son cheval, que vous pouvez retrouver ici:

 

*

CommentLuv badge